Blackjack : les astuces pour jouer et gagner

Le casino met l’art en jeu

Alléchés par les abattements fiscaux, ces établissements s’immiscent dans les politiques culturelles locales, du financement d’expositions à la main basse sur des festivals…

Une première : un casino va organiser et financer une Biennale d’art contemporain. L’affaire se passe au Havre où le groupe Partouche ouvre un nouvel établissement ­ ceci expliquant cela. Mais, au-delà, elle est emblématique du rôle croissant qu’assument les groupes casinotiers dans le financement de la vie culturelle.

Depuis 1959, les établissements de jeux sont en effet dans l’obligation légale de participer à l’animation des villes qui les accueillent. Mais la loi de finances 1995, précisée par un décret de 1997, a poussé le bouchon un cran plus loin : les établissements de jeux bénéficient désormais d’un abattement fiscal au titre des « manifestations culturelles de qualité » qu’ils prennent en charge. Comprendre : ils peuvent déduire de leurs revenus (dans la limite de 5 %) leur contribution nette à « toutes manifestations relevant du spectacle vivant et enregistré, des arts graphiques et plastiques, d’une qualité artistique reconnue par le ministère chargé de la Culture, ou d’un rayonnement tel qu’il puisse s’étendre à l’étranger ». A posteriori, une commission ad hoc est censée vérifier que les manifestations étaient bien « de qualité ».

Casino du Mois
Best Casinos