Blackjack : les astuces pour jouer et gagner

jeux de macao

Stanley Ho perdait son monopole sur les jeux à Macao.Savoir absorber la force de l’adversaire, mais la sagesse du vieux Ho ne s’arrête pas là. L’homme a su également prendre ce qu’il y avait de potentiellement bon dans la stratégie des nouveaux venus. S’adaptant à une clientèle de masse, moins compulsive que ses anciens joueurs, SJM a ouvert le Grand Lisboa en 2007, suivi il y a peu d’un hôtel adjacent de 400 chambres, reprenant les formules de Las Vegas, avec des espaces clairs et accueillants, loin des tripots enfumés qui ont fait sa fortune.

Et le maître du jeu a fait, là encore, mieux que ses modèles : 40% de ses revenus proviennent de cette consommation de masse, contre seulement 25% en moyenne pour ses concurrents made in US.

Une heureuse configuration stellaire pour SJM : le gouvernement chinois vient de mettre en place des lois répressives envers les citoyens qui viennent sur l’île flamber 100 000 dollars ou plus dans la journée. Autant dire que les nouveaux consommateurs de masse ne sont que très peu concernés…

Certes, Stanley Ho n’est pas épargné par la crise. Mais malgré une chute des ventes et des bénéfices, il semble bien armé pour résister à la tempête, alors que les groupes américains sont parfois poussés au bord de la faillite par des dettes mirobolantes.

Et la nouvelle concurrence ne l’effraie pas. L’australien James Packer s’apprête à ouvrir cet été un casino de 2,1 milliards de dollars à Cotai. Dans cette opération, il s’est assuré le partenariat d’un bon connaisseur du secteur… Lawrence Ho, le fils de Stanley.

Voir aussi le forum des casinos en Asie

Casino du Mois
Best Casinos